A travers rires,à travers pleurs,
J'ai longtemps cherché le bonheur,
Sans le voir quand il était là
Et qu'il me suivait,pas à pas.

Stupide ou trop ambitieux,
Je l'ai cherché sous d'autres cieux.
J'ai multiplié les voyages
Vers d'autres lieux, d'autres visages,
Espèrant découvrir un Ailleurs
Où il pourrait faire meilleur.

Bien des fois,j'ai croisé sa route
Sans le voir. Souvent on redoute
Qu'il n'éclaire plus l' avenir
Et l'on  vit dans ses souvenirs.

J'ai passé des années à l'attendre
De longues années à comprendre
Qu'on ne connait pas son bonheur
Quand la vie offre son meilleur
Avec l'amour de sa famille,
Sa chaleur nous entoure et pétille.

J'ai redécouvert le bonheur
 Au loin, dans le rétroviseur.
Lui s'était montré si discret,
Presque caché, comme un secret.

Il a fallu que la vieillesse
M'apportant un peu de sagesse,
Me révèle que le bonheur
N'est pas toujours caché ailleurs.

Le bonheur se vit simplement.
Ce n'est pas celui des romans.
On le rencontre tous les jours.
Attention,trop souvent il court !

Il faut le vivre au quotidien
Dans la caresse de son chien
La rencontre d'un camarade,
Au détour d'une promenade,
Quelques fleurs, quelques champignons,
Ou le refrain d'une chanson,
L'émotion d'une belle musique,
Un paysage magnifique.
On peut trouver la joie de vivre
En s'évadant dans un bon livre.

Je crois surtout que le bonheur
C'est le temps volé au malheur,
Aux moments de désespérance,
Aux moments de grande souffrance,
Quand on perd ceux que l'on chérit
Abandonné de faux amis.

C'est le repos, un état d'âme.
Tout semble plat, tout semble calme.
L'esprit, le corps sont apaisés.
Sans  toutefois être blasés
Des richesses de notre terre
Qui nous réserve ses mystères.

Le bonheur, c'est si peu de chose
C'est pouvoir respirer une rose,
Le coeur et l'esprit en repos.
Ces moments-là, il fait très beau.

 

Jeanine COUGNENC GLAUZY