Parfois, quand je suis sur la plage
Je rêve de prendre le large,
De prendre le premier bateau,
Pour voir ailleurs s'il fait plus beau,
Pas seulement les mois d'été,
Mais tous les longs mois de l'année.

Puis je me dis : « à quoi ça sert
De vouloir ainsi changer d'air,
D'abandonner tous ceux que j'aime
Pour me trouver face à moi-même ! »

Alors, je rêve sur la plage,
M'imaginant là-bas au large,
Sans jamais prendre aucun bateau.
Ici, déjà, il fait si beau
Dans le regard de ceux que j'aime.
Et je leur dédie ce poème.

 

Jeanine COUGNENC GLAUZY