Comme il est jaloux, le clown blanc.
Il sent très bien que les enfants
Préfèrent toujours le paillasse
Avec son gros nez, ses grimaces.

C'est lui, surtout qu'on applaudit.
Vexé le clown blanc le maudit.
Il envie le sort de l'Auguste.
Et trouve le public injuste.

Triste et seul, de retour chez lui,
Bien souvent il pleure, la nuit.
Il rêve de prendre sa place,
Et se regarde dans la glace.
Des larmes coulent de ses yeux.
Le clown blanc est bien malheureux.

 

Jeanine COUGNENC GLAUZY