Le jour va se lever bientôt.
On attend son cocorico.

Il se dresse droit sur ses pattes.
Hélas aucun son ne s’échappe
De son bec, gorge déployée,
Le coq est devenu muet !

Pendant qu’en vain il s’époumone      
Son public de poule s’étonne :
Peut être a-t-il perdu sa voix
Parce que, tantôt, il a pris froi ?

Vexé, le coq se désespère.
Il se gargarise à l’eau claire,
Boit du citron, du petit lait.
Mais hélas, hélas, rien n’y fait.

Ce fut une vieille sorcière
Qui put exaucer sa prière.
Depuis la ferme a un regret :
Il aurait du rester muet.

 


Jeanine COUGNENC GLAUZY

 
un coq muet 001