Le ouistiti
A des soucis.
Le ciel trop  gris
Le contrarie.
Il vit sa vie
Au ralenti.

Seul, sans abri
Et sans ami,
Il se languit.
Un jour,surpris,
Au loin il vit
Une brebis.

Charmé,il dit:
- »Tu es jolie
Quand tu bondis
Comme un cabri.
Moi je t'envie.
Je t' en supplie
Soyons amis. »

Elle a dit oui.
Tout réjouis
Ils sont partis
Pour Hawaî.

Ce ouistiti
Et sa brebis
Toujours unis
Ont rajeuni.
C'est inouï

D'autres brebis,
Des ouistitis,
Les ont suivi,
Et eux aussi
Ils sont ravis.

Tiens,tu souris.
Tu es surpris
Et réjoui
Par mon récit.
Je l'ai écri

Pour les petits
Sages et gentils.

 

Jeanine COUGNENC GLAUZY