Dès l'aube, le coq chante son cocorico.
Furieux d'être réveillés de plus en plus tôt,
Les fermiers condamnent ce coq si frivole,
Et parlent de le passer à la casserole.


Mais une poule, curieuse, a tout entendu.
Serviable, elle l'a aussitôt prévenu.
Prudent le coq a décidé de faire grève.
La ferme peut prolonger son sommeil et ses rêves.


Fort étonnés de ne plus entendre sa voix,
Les animaux, ses amis,sont tous en émoi.
Les fermiers, inquiets, le croyant vraiment malade,
Ont vite fait de tendre au coq une embuscade.


Le pauvre fut assommé en un tour de main,
Pour être vendu au marché le lendemain.
Si le coq avait chanté plus tard ou moins fort,
Il ne serait peut-être pas encore mort.

 


Jeanine COUGNENC GLAUZY

 
 un coq trop bruyant