Le vieux crocodile
A les dents fragiles :
C’est bien embêtant
De perdre ses dents !

Il serait sans armes.
Alors il s’alarme
Comme un tout petit,
Il perd l’appétit.

Il se désespère,
Et fait ses prières,
Prêt à mendier
Le moindre dentier.

Il dresse la liste
Des plus grands dentistes,
Mais, bien sûr les hommes
Refusent, en somme,
Jugeant plus prudent
Qu’il n’ait plus de dents.

Lui, il se désole
Nul ne le console
De tous ses ennuis.
Et l’on dit de lui :
Pleurer, c’est facile
Pour un crocodile !

 

Jeanine COUGNENC GLAUZY